PROGRAMME OCCUPATION JEUNES : LANCEMENT DE LA PROMOTION BAPTISE « LA RELANCE » …


Partager cette actualité :

Pendant un mois, ils vont contribuer à l'assainissement, la lutte contre le désordre urbain et la propreté dans la capitale économique.

Fritz Ntonè Ntonè, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala (CUD) a procédé à l’accueil des nouveaux stagiaires et au lancement de la sixième édition. C'est à l'esplanade de l'hôtel de ville de Bonanjo ce 12 Octobre 2017 à 10heuresque débute la cérémonie, avec l’exécution de l’hymne nationale par la fanfare municipale. Pour cette édition, ce n’est pas moins de 302 jeunes qui vont être engagés.

Pendant un mois, ils vont travailler au sein de divers ateliers retenus par la CUD : propreté générale (curage des caniveaux, désherbage), travaux en régie et négligences urbaines. De nombreux édifices vont être nettoyés, les rigoles vidées et certaines artères de la ville aménagées.

Au cours de la cérémonie, la CUD a rappelé le contexte dans lequel se trouve la ville apres la longue période de pluies, et a souhaité que durant les 30 prochains jours ces 302 jeunes « soient des ambassadeurs de la propreté dans nos différents quartiers », a souhaité le délégué du gouvernement auprès de la CUD.

En plus de la grande expérience qu'ils vont acquérir, chaque jeune aura droit à 50 000 francs CFA. Le rendez-vous  à été pris dans  1 mois pour faire le bilan.

Il faut noter que cette année, le programme social va coûter à la CUD 150 millions de francs CFA. Cette activité est compartimentée en quatre ateliers : propreté générale, travaux en régie, adressage, identification des négligences urbaines. Il est question de rendre la

métropole propre en ce moment où Douala est dans une période de transition entre son ancien et son nouveau plan directeur, qui intègre la vision de développement de la ville fixée à l'horizon 2025.

En employant tous les mois, chômeurs, diplômés et enfants de la rue, le programme Occupations jeunes, mis sur pied en 2008, a pour but de lutter contre la pauvreté et le chômage au Cameroun. Le programme a déjà enregistré plus de 5 000 stagiaires depuis sa création.

 

Par Victor Esso Tiki

Commentaires