Historique de la CUD


Partager cette page :

LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA


Définition

Une communauté urbaine est une collectivité publique décentralisée et une personne morale de droit public. Elle possède la personnalité juridique et l’autonomie financière. Elle gère, sous la tutelle de l’État, les affaires locales en vue du développement économique, social et culturel de ses populations. La communauté urbaine est créée par un décret présidentiel qui en fixe la dénomination, le siège et les limites territoriales.


Historique

THÈME : Aperçu historique de la CUD

La communauté Urbaine de Douala, à l’instar de l’ensemble du mouvement communal au Cameroun, est une institution d’origine métropolitaine, introduite au Cameroun dans sa partie orientale en 1941 et plus précisément par une loi du 25 juin 1941. Il faut d’ailleurs rappeler que c’est une institution qui a subi beaucoup de mutations et de changements en termes d’appellations, y compris ses différents Exécutifs. C’est ainsi que la loi du 18 Novembre 1955 crée les communes de plein exercice de Yaoundé, Douala et Nkongsamba. De 1956 à 1967, la commune de plein exercice de Douala est dirigée par un Maire élu, le Pharmacien Rudolph TOKOTO.

La loi du 1er Mars 1967 érige la commune de plein exercice de Douala en commune à régime spécial avec un Exécutif nommé et un président du Conseil élu. Pour la première fois, un délégué du  gouvernement est nommé : Jacques BEBEY, ingénieur de travaux publics. Il est remplacé deux ans plus tard en 1969 par André Michel EPEE, Administrateur civil principal.

La loi du 05 Décembre 1974 portant organisation communale, crée les communes Urbaines et communes Rurales. Douala, en plus du régime spécial, devient commune Urbaine. En 1982, Christian Tobbi KUOH, haut commis de l’état est promu Délégué du gouvernement de la commune Urbaine de Douala par un décret de 1987, à la suite de la loi du 15 Juillet 1987 portant création des communautés Urbaines de Yaoundé et Douala. Cette loi met en place les communes Urbaine d’arrondissement, sorte d’entités autonomes mais, faisant partie intégrante de la communauté Urbaine et consacre également le délégué du gouvernement comme président du conseil. Ces entités reçoivent le transfert de l’état civil, des biens et du personnel.

En 1989 ; POKOSSY DOUMBE Joseph DIPITA, pharmacien est nommé délégué du gouvernement et remplacé en 1996 par Thomas EYOUM, assureur. En 2001 le colonel Edouard ETONDE EKOTO est promu délégué du gouvernement.

La loi n°2004 /18 du 22 Juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes transforme le terme commune urbaine en ville et les communes urbaines d’arrondissement en communes une sorte de magistère légal de la gouvernance urbaine car, le délégué du gouvernement devient formellement chef de l’exécutif, président du conseil de la communauté et peut réunir les conseils municipaux des communes d’arrondissement.

En 2006, le docteur Fritz NTONE NTONE, médecin est nommé délégué du gouvernement au cœur de la mouvance institutionnelle et existentialiste que la communauté urbaine de douala, sous le prisme du multipartisme de son organe délibérant connait depuis l’ère POKOSSY DOUMBE.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’évolution historique et institutionnelle de la Communauté Urbaine de Douala est intimement liée à l’accroissement exponentiel de sa population, à son essor économique et au cosmopolitisme. Le législateur a toujours vu dans cette évolution la volonté constante de structurer une cité où le système de gestion centripète d’une gouvernance métropolitaine peut sécréter des unités autonomes qui s’administrent librement et s’organisent de façon concertée en vue de trouver des solutions aux enjeux et aux problèmes de proximité. Cette vision est aussi partagée par le chef de l’état qui, dans son vaste chantier du processus de décentralisation considère la communauté urbaine comme cette agglomération d’entités dynamiques susceptibles et capables de fédérer des unités d’actions, d’activités et des projets profitables pour promouvoir un développement harmonieux, juste et équitables à tous les arrondissements.

Division communale de Douala

- La Commune d`Arrondissement de Douala I - Son siège est à Bonanjo

- La Commune d`Arrondissement de Douala II - Son siège est à New-Bell

- La Commune d`Arrondissement de Douala III- Son siège est à Logbaba

- La Commune d`Arrondissement de Douala IV - Son siège est à Bonassama

- La Commune d`Arrondissement de Douala V - Son siège est à Kotto

- La Commune d`Arrondissement de Douala VI - son siège est à Manoka

N.B.: le décret No92/187 du 1er septembre 1992 a créé la Commune Urbaine d`Arrondissement Douala V (chef lieu Kotto) et a érigé Manoka et les localités environnantes au rang de communes rurales. Le territoire de la Communauté couvre une superficie de 21 000 hectares ou 210 km2 dont 70% sont déjà affectés à l`habitation, aux activités commerciales ou industrielles, aux établissements publics, aux parcs, à la voirie et aux autres infrastructures de transports.

Les limites territoriales de la Communauté Urbaine de Douala, dont le siège est fixé à Bonanjo, sont celles de l`actuel département du Wouri.