Les chefferies traditionnelles


Partager cette page :

Dans la zone côtière du Cameroun, vivent un certain nombre de populations connu depuis le XVème siècle et dont les traditions font ressortir une parenté unique. Le groupe aurait eu pour ancêtre MBONGO venu du pays Bakota dans la région de l’équateur au Congo et se serait établi avec sa suite sur la côte camerounaise.

Ce peuple originaire de la vallée du Nil aurait d’abord suivi le cours de l’Ouéllé puis serait passé dans l’Oubangui pour rejoindre le fleuve Congo. Il aurait ensuite remonté le cours de la Sangha puis sans doute celui de la kadeï, pour parvenir dans la vallée inférieure de la Sanaga. Et enfin la vallée de Dibamba au lieu dit Pitti-longasé dans la forêt Lungahé, entre Edéa et Douala actuelles.

Le pays douala est situé au fond du vaste estuaire formé par les embouchures des fleuves Mungo, Wouri et Dibamba, connu sous le nom du bassin du Cameroun.

Après la troisième génération à partir de Mbédi, la lignée autrefois sous le règne d’un seul roi nommé DO’O LA MAKONGO, père de BELLE BADO, se scinda en deux dès 1814, à la suite d’un conflit d’autorité. La première branche ; celle du futur King Bell devait aboutir à la constitution des clans Bonapriso, Bonadoumbé, Bonadouma et Bonanjo. La deuxième; celle du futur King Akwa, aurait eu pour descendant les Bonaku, Bonebela et Bonabela Jedu.

A l’arrivé des Anglais, les Douala avaient à leur tête deux chefs héritiers des familles Bell et Akwa. Il semble cependant que le chef le plus influent ait été le descendant de la branche cadette, le célèbre king Bell. Quoi qu’il en soit, l’organisation politique des Douala gravitait autour de ces deux familles qui s’entourèrent de leurs vassaux pour signer les traités avec les Européens. Avant le XIXe siècle, l’unité de ce peuple fit de celui-ci le peuple le plus puissant du Cameroun notamment lors des conquêtes portugaise et hollandaise. Mais à la veille du XIXe siècle, les guerres dues à la division de la ville de Douala en quatre royaumes pendant la colonisation anglaise d’une part et les méfaits de la colonisation allemande d’autre part, effritèrent considérablement cette unité en brisant par ricochet le monopole politico-économique des Douala.

Contrairement aux sociétés dites centralisées où un monarque s’arroge tous les pouvoirs, la société douala est une gérontocratie démocratique où le chef se fait reconnaitre par son accoutrement :

  • Pagne Noir

  • Chemise Blanche

  • Chéchia noir orné de plumes ou cauris

  • Sandalettes noires

  • Foulards noirs au niveau de cou et des reins.

  • En plus de cet accoutrement, il est aussi reconnu par certains attributs transmis par son prédécesseur :

  • La clé : démonstration qu’il est le garant de tout le royaume, le gardien des eaux territoriales. Il est le seul maitre de l’ouverture et la fermeture des portes du royaume.

  • Le sceptre : démonstration qu’il est la seule personne capable de traiter et négocier avec les étrangers.

  • Le chasse-mouche : démonstration qu’il cherche par tous les moyens à préserver la paix tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du royaume.

  • Si certains attributs passent d’un monarque à un autre, d’autre par contre sont la propriété de la chefferie à l’instar de la cloche, instrument communément utilisé par le valet du roi pour attirer l’attention de la population ou encore pour annoncer l’arrivé et le départ du roi lors d’une cérémonie.

Aujourd’hui, le peuple Douala est regroupé au sein de six chefferies de Cantons, elles-mêmes constituées d’une pléthore de Chefferies Secondaires. 

CANTONS

VILLAGES

AKWA

Boneleke -Bonalembe –Bonamouti 

Bessengue -Bonangang –Bonadibong

Bonambwanja -Bonabekombo -Bonewonda

Bonabeyike -Bonamikeng -Bonelang

Bonabela nkon -Bonamouang -Bonangando

Bonebong -Bonejang -Bonamoukouri

Bonamoussadi -Bangue

BAKOKO

Bwang -Japoma -Mbango -Ngodi -Yassa

Yansoki -Yatchika

 

 

 

 

 

 

 

BASSA

 

 

 

 

 

 

Beedi -Bonadiwotto -Bonanloka –Kotto

Lendi -Logbaba -Logbessou -Logpom

Makepe1 –Makepe 2 et 3 -Malangue

Ndogbati -Ndogbong

Ndoghem1 -Ndoghem2 -Ndogmbe1

Ndogmbe2 -Ndogpassi -Ndokoti

Ndogsimbi –Ngoma –Ngombe -Nyalla

BELE - BELE

Bonasama -Bonambappe -Bonamikano

Bonendale1et 2 – Bojongo - Sodiko

Jebale1 et 2  -Bonamatumbe

 

DEIDO

 

Bonajenje -Bonatene -Bonamuti

Bonamuduru -Bonantone –Bonatéki

NJO-NJO

Bonabele -Bonapriso -Bonadoumbe

bonadouma