La révolution des CTD selon le ministre


Partager cette actualité :

Par Elvis Mbimba

Le Ministre de la Décentralisation et du Développement local parle de révolution lorsqu’il faut qualifier le code général des collectivités territoriales décentralisées. Il s’exprimait au cours du Journal télévisé sur la CRTV. 

Au Cameroun, 95% des communes sont actuellement dirigées par des autochtones. Toutes les communautés urbaines sont dirigées par des autochtones. Le projet de Code général des Collectivités territoriales décentralisées qui a eu le visa du Parlement fait une révolution. Il donne la possibilité aux conseillers municipaux, originaires d’une région de prendre la tète d’une communauté urbaine de ladite région. Contrairement à certains commentaires, l’article 246 ne se contente pas seulement de protéger les minorités. Il construit ainsi une dynamique sociale régionale dans une Etat unitaire décentralisé.

Il permet d’avoir un Moundang de Lara par Kaelé à la tète de la Ville de Maroua; un Malimba du village Mbongo par Mouanko à la tète de la Ville de Douala; un Bamoun du village Baigom par Foumbot à la tète de la ville de Bafoussam; un Batanga du village Lonji par Kribi comme maire à Ebolowa; un Tikar de Songkolong à la tète de la ville de Ngaoundere;’ un Banyangui de Eyumojock à la tète de la Ville de Limbe; un Bassa de Messondo à la tète de la Ville de Yaoundé. Ces illustrations montrent bien que les dispositions du projet de loi portant Code général des Collectivités territoriales décentralisées sont en avance sur la réalité sociale au Cameroun. Cette évolution ressemble  à une révolution

Le temps des CTD 

Le législateur camerounais donne ainsi une orientation forte compatible avec la loi constitutionnelle du 18 janvier 1996. Le Cameroun renforce sa forme d’Etat unitaire décentralisé. Après le 1er échelon central, l’Etat national, la construction d’un deuxième échelon régional inspire la mécanique législative. Elle préfigure ainsi la mise en place des régions attendue en 2020. Il faut écouter attentivement le Ministre chargé de la décentralisation sur le plateau du JT hier sur la CRTV.

Cette interview montre bien que dans le chantier de la décentralisation, le Cameroun fait sa révolution. Il y a plus de liberté et de moyens ainsi que  des compétences élargies. Ces améliorations touchent effectivement l’ensemble des collectivités territoriales décentralisées. La révolution introduite par ce Code général des collectivités territoriales décentralisées est désormais certaine.

Source : http://www.crtv.cm/

Commentaires