Douala Favicon

Roger Mbassa Ndinè a interpelé l’ensemble des conseillers municipaux à faire preuve de plus de responsabilité face à la montée de ce fléau que la ville traine comme un boulet.

Image

Le maire de la ville Douala a été sans ambages au sujet du désordre urbain le samedi 14 janvier dernier au cours de sa présentation des vœux aux conseillers municipaux. Insinuant à la prise de conscience générale face à la gravité de la situation, Roger Mbassa Ndinè a demandé aux élus locaux d’être à l’avant-garde de ce combat collectif. « Nous avons atteint des proportions inquiétantes », s’est indigné le 1er Magistrat de la ville de  Douala.

Il a été plus ferme en ce qui concerne l’enlèvement et la gestion des déchets dans la ville. Mbassa Ndinè a demandé aux conseillers municipaux d’agir comme des maires chacun à son niveau. « Vous ne pouvez pas être assis et regarder les gens verser les ordures devant leurs propres portes, si ce n’est dans les carrefours. Ce n’est pas possible. Le désordre urbain n’est pas le problème du maire, ni celui des mairies d’arrondissement. C’est un problème de nous tous», s’est offusqué le maire de la ville.



Pour cela, il a demandé aux élus de jouer aux policiers municipaux quand il le faut. « La ville de Douala n’est pas une poubelle », a-t-il déclaré.

Roger Mbassa Ndinè envisage, pour apporter une solution à ce phénomène des ordures entassées dans tous les coins de rue, de retirer les bacs dans certains quartiers de la ville et réintroduire l’obligation aux populations de garder leurs déchets ménagers dans les maisons pour attendre le passage des camions de ramassage d’Hysacam comme cela se faisait par le passé.

Une mesure, qui a connu du succès en son temps, cependant, peut présenter pas mal de limites de nos jours. Quand on s’imagine qu’à l’heure du passage du camion de ramassage, certains habitants sont à leurs occupations. Il y a de forte chance, dans ce cas, de voir les ordures s’entasser dans des domiciles pendant des jours et provoquer des odeurs dans tout le voisinage avec certes des risques d’épidémies. Ce n’est certainement pas la meilleure solution pour cette bourgade. Mais où en est -on  au niveau  de la mairie avec les amendes à caractère dissuasif  prévues à cet effet?

La ville de Douala dépense en moyenne une centaine de millions chaque mois pour l’enlèvement des ordures. Un montant qui s’avère insuffisant au regard du volume d’ordures produits par cette métropole au quotidien ( 2000 à2500 tonnes/jour, soit environ  800 000 tonnes/an).

Félix EPEE

Source : https://poula-poula.net/desordre-urbain-a-douala-le-maire-demande-aux-elus-municipaux-de-jouer-la-police/