Douala Favicon

Stanislas Zézé a séjourné à Douala le 11 octobre dernier pour engager le processus de notation

Image

Le PDG de Bloomfield Investment Corporation, Stanislas Zézé a séjourné à Douala le 11 octobre dernier pour engager le processus de notation de cette entreprise publique camerounaise.

Après la Cameroon Telecommunications (Camtel) en 2014, Bloomfield Investments Corporation, va noter le Port Autonome de Douala(PAD). L’agence de notation financière ivoirienne a été choisie pour élaborer cette notation qui permettra d’établir la qualité de crédit de cette entreprise publique. A la suite de l’examen et la validation par le comité de la commande du PAD du dossier, dans la matinée du 11 octobre dernier, une délégation du cabinet, conduite par son PDG Stanislas Zézé a été reçue par le Directeur général du PAD Cyrus Ngo’o, à l’effet d’entamer le processus de notation.  

Lire aussi : La Communauté urbaine de Douala s’associe au PAD pour relancer le projet Sawa Beach (550 milliards)

Pour le PAD, cette notation est nécessaire pour assurer la transparence dans la gestion et la bonne gouvernance de l’entreprise. Elle intervient après que l’État ait annoncé son intention de céder une partie des actions du PAD à la bourse de Douala. C’est donc un préalable qui permettra d’établir sa qualité de crédit, pour permettre aux investisseurs d’en savoir un peu plus sur l’entreprise dans laquelle ils veulent placer leurs fonds.

Lire aussi : Construction d’un nouveau terminal : les détails de l’accord entre KTH et le PAD

« La notation financière permet d’apporter un complément d’assurance aux investisseurs mais également à l’État et aux autres entités pour jauger les risques à prendre, en terme de capacités du PAD à faire face à ses engagements financiers dans les relations d’affaires à établir », renseigne l’entreprise qui gère la première plateforme portuaire du pays.  

Au demeurant,  en 2021, le PAD annonçait un chiffre d’affaires réalisé de 56,8 milliards de FCFA contre 49,8 milliards de FCFA en 2020 et 48,4 milliards de FCFA en 2019. En matière de profit, c’est l’une des rares entités étatiques à dégager des bénéfices. Cet indicateur a plus que triplé en l’espace de 4 ans, passant de 2 milliards  de F en 2018 à 6,4 milliards de 2021.